Droit de réponse

Droit de réponse

Suite à notre article « Maison passive contre Q-Zen » diffusé via notre newsletter le 18 juin dernier, qui affirme notamment qu’un « lobby puissant de la maison passive reste en place et a même lancé une campagne contre Q-ZEN : « Pourquoi faire les choses à moitié ? », l’asbl PMP tient à préciser que cette campagne n'est pas contre Q-Zen, mais qu’elle a été menée pour sensibiliser les maîtres de l'ouvrage à faire du Q-Zen en passant par le passif.

« En effet, le Q-zen impose un certain niveau d’isolation (K35) , lequel a peu évolué depuis 2010, sans exigences d’étanchéité à l’air ni de performance de ventilation et sans valorisation d’une bonne orientation sur les critères « enveloppe ».

Or, le passif prône de son côté une enveloppe globalement performante permettant une réduction drastique du besoin en énergie. Le passif impose également un niveau d’étanchéité à l’air ambitieux. L’objectif est ainsi d’agir sur ce qui ne sera pas modifié à court terme dans le bâtiment et ce, sur la base même du bâtiment.

Les impositions du Q-zen visent donc un résultat global ; ce qui dans une vision à court terme est logique puisque cela permet de répondre aux objectifs actuels de réduction de la consommation. Mais cela ne place pas le bâtiment dans une position confortable pour l’avenir puisque les possibilités d’amélioration seront quasi nulles.

Concrètement, le Q-zen autorise donc une enveloppe assez peu performante pour autant que celle-ci soit compensée par de la production d’énergie renouvelable.

C’est un peu comme accepter qu’il y ait un trou dans une baignoire pour autant qu’un débit d’eau suffisant la maintienne pleine…

Le passif à l’inverse, vous oblige à boucher le trou de la baignoire et tant mieux si vous placez quand même un peu d’énergie renouvelable pour compenser la faible consommation mais ce n’est même pas obligatoire.

Nous sommes donc bien sûr pour un standard Q-zen et n’avons rien contre les exigences en énergie primaire imposées. Notre ambition est de pousser le secteur à parvenir à un standard « Quasi Zéro-énergie » en prônant d’abord une enveloppe plus performante, avant une compensation en énergies renouvelables.

Partant de besoins très faibles, il sera « facile » de produire plus que ce que l’on ne consomme et donc d’avoir de « vrais » bâtiments zéro énergie à court terme, simplement en profitant des énergies renouvelables. Ceci est essentiel afin de pouvoir répondre aux enjeux futurs, notamment de mobilité.

Il ne faut pas surexploiter le potentiel renouvelable quand le besoin peut simplement être réduit. C’est ce que nous appelons la sobriété énergétique. »

  • Créé le .

Adresses

Belgique
Mediaxel
64 avenue Marie de Hongrie
BE - 1083 Bruxelles
+32 (0)2 772 40 47
+32 (0)2 771 98 01 (fax)

France
MMG SAS
55 avenue Marceau
FR - 75116 Paris

Contact

Secretariat : Pascale Cloots

Publicité :

Redacteur en chef : Nicolas Houyoux

Social : Vincent de Puydt

MediaXel sprl - © 2019
Editeur responsable : Philippe Maters, 64 avenue Marie de Hongrie, BE - 1083 Bruxelles